Aujourd’hui j’ai trié. Pas mes chaussettes, ni les bouteilles. J’ai trié assis sur le canap’ avec un café. La classe non ? Et vous me croirez ou non, j’ai fait du recyclage en économisant de l’énergie ! Et ça c’est déjà une prouesse. Bon j’ai simplement effacé mes mails.
28 000 pour être précis et montrer l’ampleur de ma connerie internationale. Je réfléchis tous les jours à comment réduire mon empreinte du genre virer le papier du beurre ou acheter du riz bio, mais je percute pas que j’ai des milliers de mails qui pourrissent dans mon ordi. S’ils étaient organiques j’imagine l’odeur de ma boite mail en putréfaction ! Du compost de déchets électroniques bien vieux bien gras. Car ce sont bien des déchets, et ils n’ont rien de virtuels. J’ai laissé les serveurs de google tourner pendant toutes ces années pour me conserver des mails du genre « vous avez gagné une voiture » ou « Jennifer veut te rencontrer ». C’est chaud. A tel point que le dit serveur ne consomme pas moins de 1 watt d’énergie en climatisation pour 1 watt à tourner pour conserver mon mail. En gros je tanne mes enfants pour éteindre leur lumière, pour économiser de l’énergie et soulager la planète pendant que 30 de mes mails consomment autant qu’une ampoule de 9W pendant 24h ! Vous avez bien lu. En supprimant l’ensemble de mes déchets mails, j’ai économisé 2 ans et demi de lumière continue d’une lampe. J’en ai le moral écologique dans les chaussettes.

Alors merci les copains de l’économie verte et autres Jeremy Rifkin, conseiller spécial du gouvernement chinois et de Merkel, qui nous racontent à longueur de journée que nous allons virtualiser l’économie pour sauver la planète. La troisième révolution industrielle serait en marche, la technologie nous sauverait du désastre. Une économie soi disant virtuelle basée sur internet, faite de smartphones et d’imprimantes 3D, alimentée par des énergies propres et abondantes. On nous promet un avenir dématérialisé et débarrassé des contingences du pétrole. Mais ces technologies n’ont rien de virtuel ! Internet et les data center consomment, pour l’instant, 10 % de l’électricité mondiale ! Un ordinateur est composé de dizaines de métaux différents (géranium, indium, lithium, platine…) très peu et très mal récupérés en fin de vie du fait de leur assemblage. Ce pseudo scénario « vert » reproduit donc le même très mauvais scénario de surconsommation d’énergie, d’exploitation des ressources et pollutions de l’écosystème que celui de nos premières révolution industrielles.
Mais je m’emballe… allez, je vais supprimer des vieilles photos et vidéos de mon cloud, ce sera déjà ça de pris sur mon zéro déchet numérique à la maison.

Textes: jérémie PICHON
Illustrations: Bénédicte MORET

 

http://fullmobs.org/mobilisation/résolution-2016-du-balai-les-vieux-emails-depollutionnumerique

http://www.reporterre.net/La-croissance-verte-est-une-mystification-absolue