Capture d’écran 2014-10-24 à 22

On pensais que ça n'allait pas changer grand chose cette histoire de blog. Les doigts dans le nez même pas mal il nous manque pas grand chose pour être clean.

Et pis tu percutes. Tu vois qu'on est dedans jusqu'au cou. En fait les emballages c'est comme l'alcool: ya toujours un verre qui t'attend quelque part. On est sollicité en permanence. Si tu veux bien le voir, le sur-emballage est partout tout le temps. Le sucre du matin à la gare au café, le midi pour la formule industrielle-tout-en-blistée avé la canette de chez Paul qui a le marketing de ta grand mère version franchisé dans 20 pays... Le thé de ta pause au taf, ton nouvel agenda, la ramette de papier que tu ouvres à la photocopieuse... partout tout le temps. Et que dire des courses en grande surface. Je suis allé chez Lidl pour acheter (dépannage oui môsieur) une salade. Pas possible de trouver un légume sans plastique. Tomates barquettées, salade mesclun au chlore en sachet, carottes sous blister rayé rouge, bananes en sac. Je ne parle pas du rayon frais qui est un hymne au pot de yayourt et emballage individuel de tout. Boursin, flan, jambon, saucisse, charcutte, crème... Du coup, maintenant qu'on a décidé le zéro déchet at home, on ne l'achète pas. Je peux pas désolé j'ai promis à des gens en ligne que je connais pas. Je suis sorti comme un prince. Par la sortie sans achat avec mon skate sous le coude et mon sac en tissu dans ma veste. La classe écologique. 

 

Textes: jérémie PICHON
Illustrations: Bénédicte MORET